Après la Confession de La Rochelle de Calvin en 1559, le Catéchisme de Heidelberg est la deuxième des quatre grandes confessions de foi des Églises réformées au plan mondial / Sa rédaction est déclenchée par la conversion au calvinisme du prince-électeur Frédéric III le Pieux de Palatinat (règne de 1559 à 1576), en 1546, dont il rédigera la préface / Zacharias Ursinus est l’auteur de 128 questions et réponses, Kaspar Olevian de 80 questions et réponses / Comme Calvin, Olevian associe confession et règlement ecclésiastique / Impression du Catéchisme en 1563 / Le texte du Catéchisme arrive en Suisse dès 1614 / Après le synode de Dordrecht, il devient une composante intégrale des textes confessionnels des réformés / Autrefois, tous les réformés connaissaient par cœur la réponse à la 1ère question : Quelle est ta seule consolation dans la vie et la mort ? C’est que, de corps et d’âme, tant dans la vie que dans la mort (Rm 14,7-8), j’appartiens, non pas à moi-même (1 Co 6,19), mais à Jésus-Christ, mon fidèle Sauveur …